Mon enfant de 6 ans pleure pour aller à l’école…

Votre fils, votre fille a 6 ans, cette année il est au CP, il est à la grande école.

Votre enfant pleure à l’idée d’aller à l’école.

Il a mal au ventre, est nauséeux, a du mal à s’endormir, ne mange pas le matin…

 

Comprendre les causes des pleurs….

1 / Votre enfant a peut être un souci relationnel.

Il s’est disputé avec ses amis et se retrouve momentanément seul au moment des récréations, de la cantine.

 

2 / Votre enfant a vécu une situation traumatisante et il angoisse à l’idée que cela ne se reproduise.

Il a été victime d’insultes, de moqueries de la part d’un autre élève.

Il a du mal à s’adapter aux nouveaux camarades, Il devient tout petit avec des enfants beaucoup plus grands qui peuvent avoir des jeux plus rapides et donc le bousculer.

 

3 / Votre enfant a du mal avec les nouvelles habitudes

Les habitudes changent, l’enseignant, la classe, la grande école.

Les contraintes de rester assis et concentré peuvent  parfois être lourdes pour votre enfant qui a encore besoin de bouger.

« Est-ce que j’aurai le droit d’aller aux toilettes ? » est une inquiétude permanente chez un enfant de cet âge.

Lorsque votre enfant était en grande section, il y avait une aide maternelle dans l’école. Parfois même une dans chaque classe.  Ces bonnes fées étaient là pour emmener les enfants aux toilettes en cours de journée si le besoin s’en ressentait.

Au CP, la maîtresse est seule en classe et demandera donc aux enfants de faire attention à bien aller aux toilettes pendant la récréation.

 

4 / Votre enfant a peur que la maitresse ne l’aime pas

Essayez de savoir ce qui a pu le peiner…

  • Elle l’a grondé. Votre enfant ne fait pas encore la différence entre ce qu’il est et ce qu’il fait. Une sanction mal comprise et il pense que la maîtresse ne l’aime pas.

Le plus souvent un objet est à l’origine du problème : une petite voiture qu’il avait dans la poche mais qu’il doit laisser à la maison, un blouson qu’il lui faut accrocher dans le couloir…

  • Elle a été injuste. En refusant, par exemple, à votre enfant, ce qu’elle avait accordé la veille à son copain. Les enfants sont sensibles aux différences de traitements.
  • Elle n’a pas regardé son dessin. Les enfants ont besoin d’être valorisés et interprètent un manque d’attention comme un signe de désamour.

La difficulté est de le comprendre tout en ne prenant pas sa défense systématiquement. Ce qui compte pour lui, c’est que vous discutiez avec sa maîtresse.

 

5 / Votre enfant peut avoir peur de la séparation.

En effet, l’angoisse se fait souvent à deux : Vous angoissez de laisser votre enfant, qui éprouve à son tour une grande difficulté à s’éloigner du cocon et à se détacher de vous.

Vous pouvez lui dire : « Toi tu pars à l’école et moi je vais au travail. Chacun occupe sa journée, on se retrouvera ce soir et  tu me raconteras ta journée. »

Si vous êtes serein et enthousiaste à l’idée que votre enfant va passer une super journée à l’école, plus il le sentira et plus c’est ce qui se passera !

 

6 / Votre enfant peut avoir peur de l’échec.

Il ressent une angoisse de performance, il se met la pression et se persuade qu’il ne sera pas à la hauteur.

« Comment je vais apprendre à lire? » est une question que posent souvent les enfants de 6 ans.

La lecture reste un mystère immense qui angoisse votre enfant.

S’il s’agit d’une petite appréhension avant une tâche difficile à accomplir, ce n’est bien évidemment pas alarmant.

Pour parler à votre enfant du CP, mettez l’accent sur tout ce qu’il va pouvoir faire grâce aux apprentissages du CP : lire ses albums préférés, écrire à sa grand-mère pour son anniversaire, faire des calculs simples. N’hésitez pas à lui faire part de votre expérience,

En revanche, si cette tension est trop prenante, perdure dans le temps et conduit à des pensées négatives, à un stress invalidant, alors il devient nécessaire  de s’y intéresser de plus près, et d’accompagner votre enfant.

 

7 /  Votre enfant s’ennuie

Tout dépend du degré d’ennui, on oublie parfois que l’ennui à petite dose est constructif pour développer l’imaginaire, affirmer ses projets et éprouver son individualité… En classe comme à la maison !

L’ennui à l’école s’il est important et récurrent, peut-être causé par un problème auditif ou visuel non détecté.

Faites lui faire des tests sous forme de jeu et en cas de doute, emmenez-le voir un spécialiste.

Il est également possible que votre enfant ait à l’inverse des facilités scolaires qui l’empêchent de trouver dans l’école une source d’épanouissement.

L’enfant précoce se retrouve facilement démotivé à cause d’un manque de stimulation. L’observer pendant ses temps de jeux peut-être un bon moyen pour se faire une idée de son niveau de développement.

 

Dans tous les cas, l’important est de chercher à identifier le problème sans inquiéter votre enfant.

 

 Retour à la liste des articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *