Comment faire progresser mon fils en orthographe ?

L’orthographe est le système de notation des sons du langage par des signes écrits, système propre à une langue, une époque…

L’orthographe du français n’est pas phonétique, la correspondance graphème-phonème n’est pas régulière et on rencontre parfois dans les mots des lettres muettes.

Apprendre l’orthographe  est donc un apprentissage difficile et long, qui n’est jamais fini.

Derrière le mot « orthographe », il y a deux réalités…

 

 1 / L’orthographe lexicale

C’est la manière dont s’écrivent les mots, ce que nous enseigne le dictionnaire.

Exemples de fautes d’orthographe lexicale : écrire « apporter » avec un seul p, ou « éléphant » avec un f.

Il y a peu de règles, il s’agit plutôt de bien photographier les mots.

Et nous ne sommes pas tous égaux devant cette capacité-là.

 

Votre enfant peut avoir des difficultés à associer un graphème à un son, à faire correspondre une unité sonore à une unité écrite.

Ils se manifestent généralement par des erreurs auditives et visuelles répétitives, et ce, alors que l’enfant ne souffre pas de problèmes auditifs particuliers.

Elles se manifestent par :

* Une confusion entre les sons proches : « jirafe » pour « girafe ».

* Une assimilation des mots : « sante » pour « chante ».

* Une inversion des lettres : « setp » pour « sept ».

* Une substitution des mots par un autre mot de sens voisin : « chemin » pour « sentier ».

* Des erreurs de copie des mots : « chenile » pour « chenille ».

Que faire?

Vous devez d’abord vérifier que votre enfant ne souffre pas de problèmes auditifs particuliers.

Faites avec lui des exercices d’épellation orale et séquentielle des syllabes pour aider votre enfant dans la discrimination visuelle des mots.

Faites des exercices répétitifs et réguliers, qui permettront également à votre enfant de mémoriser automatiquement le mot épelé de manière à ce qu’il puisse l’écrire.

 

Votre enfant peut ne pas réussir à mémoriser les mots et leur utilisation

* Il confond les  homophones : « mer » pour « mère ».

* Il découpe les mots de manière anarchique « unabit » pour « un habit »

* Il oublie des lettres : « fère » pour « frère ».

* Il confond des lettres : « vrère » pour « frère ».

* Il ajoute des lettres ou des syllabes : « frèire » pour « frère »

Ces difficultés s’expliquent par un déficit au niveau de la représentation mentale des mots, c’est-à-dire une difficulté chez l’enfant à mémoriser et à se représenter visuellement les lettres et les mots.

Que faire?

Lui apprendre à photographier les mots.

Lors de l’apprentissage de l’orthographe, la mémorisation de mots nouveaux présentant une difficulté s’avère extrêmement couteuse en énergie car les enfants ne s’en font pas toujours une représentation mentale fiable. Ils ne peuvent donc pas mémoriser durablement l’orthographe de ces mots pour y faire appel plus tard.

Voici quelques propositions pour apprendre les mots : lire, épeler, visualiser, écrire mais aussi bouger, voir, entendre, parler, toucher, écouter…pour mémoriser…

Yeux ouverts/ fermés

– Lire le mot les yeux ouverts, le photographier

– Lire le mot les yeux fermés (On le voit dans sa tête)

– L’écrire sur une ardoise ou un tableau blanc

L’escalier

Ecrire les mots comme si c’était des marches d’escalier.

Par exemple : écr écri écrir écrire<

Mémory

Ecrire deux fois chaque mot sur des « cartes » (un morceau de papier suffit) puis utiliser les règles classiques du mémory: installer toutes les cartes à l’envers et essayer de retrouver des paires de mot en retournant deux cartes à chaque tour.

4 étapes et retourne

Ecrire les mots sur des « cartes » (un morceau de papier suffit)

  1. J’observe le mot sur la carte
  2. Je le lis
  3. Je l’épelle
  4. Je retourne la carte et je l’écris sur une feuille

Ordinateur

Ecrire les mots sur l’ordinateur, avec un traitement de texte équipé d’un correcteur orthographique. Quand on réussit à écrire ses mots sans qu’ils ne soient colorés en rouge, on a gagné ! (Nécessite votre présence, les correcteurs orthographiques ne sont pas toujours fiables !)

Vous pouvez aussi modifier la couleur et la police utilisée pour relancer l’intérêt.

Mots déguisés

« Déguiser » les mots en dessinant des détails pour mémoriser les particularités du mot.

Tablette

Laisser votre enfant s’enregistrer avec une tablette ou un téléphone portable (avec une application dictaphone), voire même se filmer.

Pour chaque mot : Il le dit puis l’épelle. L’inciter à se réécouter, d’abord en vérifiant si les mots sont correctement épelés (avec le cahier) puis réécouter plusieurs fois pour mémoriser. Ou réécouter et répéter en même temps.

Mots chamboulés

Ecrire les mots avec des lettres magnétiques (ou des lettres de scrabble, des lettres écrites sur des petits morceaux de papier, des lettres découpées dans un magazine, et même des pâtes alphabet pour les plus minutieux !). Puis mélanger les lettres. Il faut remettre les lettres dans l’ordre.

Les copies manuscrites

Elles sollicitent la mémoire visuelle de votre enfant et sont nécessaires pour l’aider à reconnaître et à mémoriser les mots, mais également à faire la différence entre deux mots distincts, mais d’écritures proches.

Vous pouvez le faire écrire sur une ardoise, un tableau afin de rendre l’activité plus attrayante.

La dictée

Les dictées, courtes, mais régulières, vont permettre de mémoriser certaines remarques graphiques, mais également pour insister sur le travail des sens de l’écrit.

 

2 / L’orthographe grammaticale

C’est l’orthographe relative aux accords (du déterminant, de l’adjectif, du verbe, du part. passé), aux règles grammaticales et aux conjugaisons.

C’est là où la grammaire prend toute son importance : c’est elle qui permet de découper la phrase, pour voir ce qui va ensemble, ce qui s’accorde et comment.

Votre enfant a des difficultés à assimiler les règles grammaticales.

Il a des lacunes au niveau des accords nominaux : « des chat » pour « des chats ».

Il assimile mal la conjugaison et des règles d’accords verbaux : « ils chante » pour « ils chantent «

Il ne comprend pas la grammaire : « il a manger » pour « il a mangé ».

 

Comment aider?

Il s’agit ici de faire une rééducation complète des règles orthographiques et grammaticales. Et ce, par le biais de divers exercices répétitifs, évolutifs et réguliers.

Vous pouvez utiliser des cartes mentales et apprendre à votre enfant à les utiliser, puis à les mémoriser.

Pour compléter les leçons: visionnez les vidéos des fondamentaux

https://www.reseau-canope.fr/lesfondamentaux/accueil.html

Enfin vous pouvez utiliser des phrases modèles :

L’avantage est que votre enfant n’a pas à apprendre de règles grammaticales qui n’ont parfois aucun sens pour lui.
Enfin vous pouvez utiliser des phrases modèles :

Il analyse la structure et compare à son modèle.

Dans tous les cas, vous devez favoriser la lecture.

Les lecteurs assidus ont souvent des facilités en orthographe : le fait de baigner dans la prose doit certainement imprimer en eux des mots et créer des automatismes.

 

La lecture permet :

* d’apprendre à l’enfant à associer mot oral et mot écrit ;

* d’habituer l’enfant à certains lettres et mots nouveaux ;

* de visualiser les relations grammaticales existants entre les mots ;

* d’accélérer la mémorisation des mots tout en restant dans la compréhension de ce qui est vu.

* de travailler sur l’enchaînement oral des mots, de manière à assimiler les règles syntaxiques et lexicales qui les régissent.

 

Et pour ceux qui ne lisent pas ?

Il faut aller chercher les moyens détournés, qui sont souvent des passerelles pour la lecture : jeux sur cd-rom ou internet, magazines pour enfants.

Malgré les efforts à apprendre les mots, les erreurs persistent souvent longtemps, mais à force de réviser, de répéter les leçons, de lire,  votre enfant finira par progresser.

Quand ça arrive, c’est magique!

Cela exige patience et persévérance de votre part, et de la part des enseignants.

Mais si malgré tous vos efforts, rien n’y fait, que votre enfant refuse toute lecture et a un véritable problème d’orthographe, peut-être a-t-il un souci de dysorthographie qu’il faut traiter.

La dysorthographie se caractérise par la difficulté à mettre en lettres les mots entendus. Les personnes ont aussi des difficultés à se représenter visuellement dans leur tête le mot en question.

 

On peut remarquer une dysorthographie lorsque l’enfant :

* ajoute ou inverse des lettres ou des syllabes;

* a de la difficulté à respecter l’entité des mots (il ne sépare pas les mots d’une phrase par exemple);

* ne respecte pas l’orthographe grammaticale

* oublie l’orthographe d’un mot, même s’il a beaucoup étudié son vocabulaire;

* écrit difficilement

* éprouve une grande fatigue après avoir écrit, car penser au mot dans sa tête, s’en souvenir et le transposer par écrit, c’est bien souvent tout un processus!

 

Attention la plupart des enfants peuvent faire ce type d’erreurs surtout en début de parcours. C’est la persistance des signes dans le temps qui aboutit à un diagnostic, et ce, malgré les interventions des professionnels de façon soutenue.

 

 Retour à la liste des articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *